Le Style Naka

0
1007

Parmi les nombreuses façons d’approcher le bondage, j’ai choisi le style traditionnel Japonais ou Kinbaku. Plusieurs artistes m’inspirent dont Akira Naka.

Naka ou l’érotisation de la souffrance

Ce n’est ni de la pornographie ni de la torture. Il s’agit d’exacerber la sensualité de la personne attachée, dévoiler sans montrer, proposer sans imposer…
La souffrance ce n’est pas de la douleur, c’est un état que l’on crée, par la contrainte, corde après corde.
En raison de cela, la personne attachée ne lutte pas contre la douleur. Elle s’abandonne aux cordes qui la tourmentent et laisse jaillir ses émotions.

Quelques concepts

Le bondage traditionnel Japonais possède des canons de beauté et des concepts propres.
Encore plus qu’à la réalisation de patterns, on accorde une attention particulière à la finition et aux détails, que ce soit aux cordes elles-mêmes ou à la personne attachée.
Les vêtements et accessoires ont une importance dans la mise en valeur de cette dernière.
Que les cordes soient asymétriques, épurées ou très présentes, elles doivent surtout être seyantes, adaptées à la morphologie. L’harmonie est essentielle dans la création d’une composition globale entre le sol, le corps et les lignes de suspension.

Pour finir, la technique repose sur des critères spécifiques. Le Naka Ryu a été développé par Akira Naka, lui-même inspiré de Chimuo Nureki et popularisé en Europe par Riccardo Wildties.

Quelques explications techniques du style Naka

Tout d’abord, le harnais de poitrine est peu structuré et nécessite d’apprendre à gérer la tension des cordes.
Ensuite, chaque corde est indépendante des autres et possède sa propre signification. Enfin, il y a peu de cordes techniques ou de soutien mais de nombreuses cordes vectrices de sensations.
Lent et progressif, le style n’impose pas de transitions dynamiques. Il s’articule autour de variations de rythmes, de positions dans le bondage.
Ces fortes contraintes corporelles génèrent sensations et émotions à la personne attachée.

De la profondeur

Parce que l’apprentissage du bondage traditionnel Japonais permet de vous en approprier les outils et concepts, c’est pourquoi vous pouvez exprimer votre énergie, votre créativité et votre personnalité.

La pratique du Kinbaku requiert de l’humilité, de la subtilité, de la cérébralité pour apprendre, au-delà de la technique, à lire l’autre et agir avec intention. En raison de l’implication émotionnelle et physique pour chacun, le Kinbaku se base sur une confiance mutuelle absolue et un consentement explicite.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here